Matériel

L’ensemble des photographies ont été réalisées, sauf mention contraire, avec le matériel suivant, qui a su évoluer au fil des années.

Télescope

Le tube principal est issu d’un Meade 2080B.

Wedge

Il s’agit d’un Schmidt-Cassegrain fabriqué dans les années 80 et 90. Il s’agit de la deuxième version (B), doté d’une optique traitée multi-couches pour une meilleure transmission de la lumière. Je possède ce télescope depuis plus de 20 ans et il me donne toujours autant de satisfaction.

Il possède une ouverture de 200mm et d’une focale de 2000mm, soit un rapport F/D=10 qui peut être réduit à F/D=6.3 (1260 mm de focale) pour le ciel profond avec le réducteur/aplanisseur de champ Meade Series 4000 (version Japan).

0510300

A l’inverse, j’utilise une lentille de barlow Televue 3x , portant le rapport F/D=30 pour l’imagerie planétaire lorsque les conditions de turbulence atmosphérique sont bonnes.

tv3x

Monture

Je n’utilise plus désormais la monture à fourche d’origine, mais une monture de type équatoriale allemande, la Skywatcher AZ-EQ6.

az-eq6_gt_l5

Cette monture, bien plus stable que la précédente, est également dotée de nombreuses améliorations :

  • Grande précision avec une erreur périodique mesurée à +/- 4 secondes d’arc,
  • Transmission par courroie,
  • Système GOTO.

Elle reste relativement légère (15.4 Kgs, sans compter les 10 Kgs de contrepoids ni le trépied) pour être transportée facilement.

Guidage / tube secondaire

Pour l’autoguidage et pour l’imagerie à grand champ, j’utilise une lunette apochromatique (doublet) William Optics ZenithStar 66.

zs66

Avec une ouverture de 66mm, elle est plus petite que certains chercheurs, mais procure une très bonne qualité d’image au regard de son prix.

Elle possède une focale de 388mm, qui peut être réduit à 310mm grâce au réducteur/aplanisseur  WO Flattener 6.

b_flat6_04

Imageurs

Pour l’imagerie planétaire, j’utilise une caméra QHY modèle QHY5L-IIc.

C’est une caméra couleur à haut débit (jusqu’à 120 images/seconde) qui permet de figer la turbulence atmosphérique, et d’obtenir des images nettes des planètes.

qhy5l_hm

Je l’utilise également sur ma lunette pour l’autoguidage lorsque je réalise des clichés du ciel profond avec mon tube principal.

Pour les photos du ciel profond, j’ai utilisé un Canon EOS 1000D (modifié) jusqu’en juin 2015.

Le filtre anti infrarouges a été retiré, permettant un gain notable sur la longueur d’onde de l’Hydrogène-Alpha, très présente dans les nébuleuses. Cet appareil photo est dédié à l’astrophotographie, et ne peut plus être utilisé pour des photos diurnes.

canon-1000-d

Sur cet appareil photo, j’utilise  un filtre anti-pollution lumineuse Hutech IDAS-LPS-D1.

Ce filtre permet de laisser passer la lumière émanant des objets célestes, mais bloque la lumière provenant des lampadaires. Les temps de poses doivent être plus longs, mais le contraste s’en trouve amélioré.

idas-lps-d1

Ce filtre est inséré dans une bague T2 se fixant sur l’appareil photo. Cette bague haute précision est fabriquée en matériaux composite (PETP) par Skyméca, et ne souffre d’aucun jeu.

bague-t-materiaux-composites

Tous ces éléments sont fixés au télescope par un montage « tout vissant » au format T2, afin de limiter les flexions. Le backfocus (distance entre la dernière lentille et le capteur de l’imageur) doit être réglé avec précision à l’aide de tubes allonge.

J’utilise désormais (depuis juin 2015) une caméra CCD MORAVIAN G2-8300. Cette caméra dédiée à l’astrophotographie est nettement plus sensible qu’un appareil photo. Elle est refroidie afin d’éviter le bruit thermique sur les clichés.

Cette caméra monochrome est équipée d’une roue à filtres permettant d’y placer 10 filtres en 36mm. 7 filtres de marque astrodon y sont actuellement positionnés : L (Luminance),R (Rouge),G (Vert), B (Bleu), H-alpha (Hydrogène ionisé), SII (Souffre ionisé), OIII (Oxygène ionisé). Ces filtres permettent de faire des clichés en couleurs et en imagerie dite bande étroite (Narrowband). L’imagerie bande étroite consiste à attribuer l’émission d’un gaz (Souffre, Hydrogène, Oxygène) à un canal de couleur (R,G,B). On retrouve souvent les termes SHO ou palette Hubble pour désigner les clichés réalisés avec cette technique.

astrodon

Logiciels

Différents logiciel sont nécessaires, afin de piloter la monture, faire les acquisitions, gérer l’autoguidade ou traiter les images. Voici une liste non exhaustive des logiciels que j’utilise couramment.

Logiciel de planétarium / planification  : Stellarium.

Prévisions ISS / Astéroides : Calsky.

Pilotage du télescope : EQMod via StellariumScope / Sequence Generator Pro.

Acquisition ciel profond : BackyardEOS (pour l’appareil photo) / Sequence Generator Pro (pour la CCD).

Acquisiton planétaire : Firecapture.

Autoguidage : PHD2 (OpenPHD).

Pré-traitement et traitement images ciel profond : PixInsight.

Pré-traitement et traitement images planétaires : Autostakkert et Registax.

Annotations : Photoshop CS6.

Photos